rechercher      
 
 

Harmonie des vins et des mets, les choix d'un chef ou d'un sommelier [...

 

>> plus d'accords Mets-vins  

 

Le dernier coup de coeur d'un amoureux du vin : Jacky Rigaux [...]

 

>> Plus de Bu par ... 

 

Vous ne le savez pas mais le 08 décembre est une date anniversaire... [...]

>> Plus de Billets d'humeur

 
Jacky Rigaux - Mai 2007

Le dernier coup de coeur d'un amoureux du vin : un Chambolle-Musigny 1er Cru la Combe d’Orveau 1999 de Bruno Clavelier


Jacky RigauxIl revenait tout naturellement à Jacky Rigaux* d’inaugurer cette nouvelle rubrique. C’est lui qui a su théoriser les différents terroirs de Bourgogne (et aussi d’ailleurs) comme en témoignent ses différents livres, il a fait entrer le vin à l’université de Bourgogne sous l’angle de la culture en faisant créer les diplômes universitaires « Vin et Culture » et « Pratique de la dégustation par la connaissance des terroirs », il a réhabilité le gourmet et il s’est toujours montré être un ardent militant pour la qualité des vins de Bourgogne.

C’est aussi un ami fidèle que j’ai eu le plaisir de revoir à cette occasion.

 

Martial Jacquey : Quelle est la dernière bouteille de Bourgogne qui t’a spécialement marqué ? Peux-tu nous en parler ainsi que des circonstances de cette dégustation ?

 

Jacky Rigaux : C’était il y a 2 semaines au restaurant chez Guy, des amis m’ont proposé ce vin à l’aveugle. Il s’agissait d’un Chambolle-Musigny 1er Cru la Combe d’Orveau  1999 de Bruno Clavelier, un vin très suave avec une texture magnifique et de beaux arômes fruités qui risquent de se refermer.

 

Martial Jacquey : Tu as reconnu le vin ou à quoi as-tu pensé ?

 

Jacky Rigaux : Je ne l’ai pas reconnu mais j’ai pensé à l’Echezeaux de J. Prieur, un vin généralement gourmand et suave 

 

Martial Jacquey : Bruno Clavelier fait à mon avis des vins plus minéraux et austères que ceux du Domaine Prieur…

 

Jacky Rigaux : c’est vrai mais sa Combe d’Orveau est un terroir superbe, juste dans le prolongement des Musigny Bas qui sont les plus tendres, c’est un méplat là où l’on fait les meilleurs vins. Aussi les vignes sont centenaires avec une très forte densité de plantation. Nous sommes à la fois en terrain solaire, en limite de l’effet de combe avec suffisamment d’argile qui donne une bonne assise tannique. C’est une vigne charnière, entre la grande subtilité des Musigny, le côté terrien du Clos Vougeot et la complétude des Echezeaux. Je pense que c’est une vigne qui s’impose au vigneron.

 

Martial Jacquey : ce choix révèle-t-il une affection particulière pour la biodynamie ?

 

Jacky Rigaux : absolument…

 

Martial Jacquey : et pourtant, Henri Jayer ne militait pas spécialement dans ce sens…

 

Jacky Rigaux : c’est vrai qu’Henri n’était pas sous une bannière mais il labourait, piochait, savait observer la vigne et il évitait les herbicides, les fongicides.

 

Martial Jacquey : l’esprit plus que la méthode.

 

Jacky Rigaux : c’est le lieu qui dicte la conduite, comme Dom Denise l’indiquait, il faut savoir observer et intervenir au bon moment.

 

Martial Jacquey: merci Jacky, si tu devais choisir une autre bouteille ?

  

Jacky Rigaux : du même millésime 1999, le Chambertin de Jean Louis Trapet, absolument somptueux !

  

* auteur en particulier de « Ode aux grands vins de Bourgogne, Henri Jayer vigneron à Vosne- Romanée » Editions de l’Armançon et de « Le terroir et le vigneron » Terre en vues

 

Interview réalisée par Martial Jacquey - Mai 2007

 

 
 
 
 
feuilles