rechercher      
 
 

Harmonie des vins et des mets, les choix d'un chef ou d'un sommelier [...

 

>> plus d'accords Mets-vins  

 

Le dernier coup de coeur d'un amoureux du vin : Jacky Rigaux [...]

 

>> Plus de Bu par ... 

 

Vous ne le savez pas mais le 08 décembre est une date anniversaire... [...]

>> Plus de Billets d'humeur

 
Paradoxes

Après ma dernière chronique, je me suis dit que ça n’était pas si mal d’avoir des certitudes. Il faut se faire du bien de temps en temps. J’ai d’ailleurs envie de faire durer un peu le plaisir.


Je vais donc vous faire part de ce qu’a écrit dernièrement mon ami Christian Bleyer au sujet de la rentrée des dégustations que j’organise depuis plus de 20 ans :

 « Le Nez de Saint-Pierre signe de façon magistrale le début de la saison 2008-2009 par une dégustation de haut niveau avec les premiers crus de la côte de Nuits du millésime 2005. Ce millésime dont on dit qu’il se referme à l’heure actuelle a révélé un potentiel remarquable et a procuré aux amateurs éclairés du moment un plaisir intense. Certains vins ont été notés 19 et 20/20 ; c’est dire le niveau de qualité des vins proposés. Dès les premières notes olfactives, j’ai pressenti la perfection du Morey les Chaffots de Hubert Lignier et le Vougeot Clos de la Perrière du domaine Bertagna a comblé immédiatement mon palais ravi » 

 

On pourrait penser que je veuille me la jouer, non, non ! D’ailleurs, j’ai demandé à Dieu de me préserver de la mégalomanie*. Mais, comme je vous l’ai déjà dit tout a toujours son envers et si c’est réconfortant d’avoir des certitudes, ça n’est pas rassurant pour autant !

 

Comme je suis parti, pour me citer en toute modestie, je vais continuer encore un peu et vous inviter à relire mon billet d’humeur de mai 2006 qui était une lettre ouverte aux candidats à la présidence de la république. Chacun et en particulier l’amateur de vin peut savoir ce qu’il en est. Je ne vais donc pas donner de détails car je ne tiens pas non plus à me retrouver au pain sec et à l’eau. Mais alors pour ceux qui espèrent en l’alternance, je peux leur dire tout de suite que c’est mal parti.

 

Tout le monde a remarqué qu’avec la rentrée, non seulement les enfants trinquent mais les parents s’apprêtent à boire. Je veux dire qu’en poussant le caddie dans les grandes surfaces, et c’est l’occasion pour que le père fasse les courses, il y a les fameuses foires aux vins. J’ai d’ailleurs observé que c’est l’occasion pour beaucoup de nos critiques gastronomiques et revues spécialisées de se transformer en VRP de nos temples de la consommation. Toutefois, ce qui peut définitivement casser le moral de ceux qui espèrent l’alternance, je l’ai trouvé dans un hebdomadaire plutôt pas mal fait malgré son guide des dites foires.

Accrochez-vous car le coup va être très dur, c’est le choc de la photo d’un banquet sans doute républicain mais pas très catholique, une très mauvaise faute de goût : François Hollande, Bertrand Delanoë et quelques autres en train de trinquer au rouge, sans doute de Bordeaux, avec un plateau de fruits de mer rempli d’huîtres et de langoustines. Comme disait ma grand-mère « avec ça on est bien monté » !

 

Le paradoxe, vous l’aurez compris, dans un numéro spécial vins qui nous réconforte sur la place du vin dans notre société pour ne pas dire dans notre culture, faire l’apologie de la grande distribution qui sera bientôt ouverte lors des journées du patrimoine et nous exposer une telle image…voilà bien de quoi rendre perplexes non ?

 

On peut sans doute faire confiance à « nos deux François » pour avoir arrosé leur victoire aux sénatoriales autrement. Ils ont eu la bonne idée de réconcilier la ville et la campagne. J’ai eu cette pensée il y a quelques jours en visitant les vignes du Chapitre à Chenôve avec mon ami Sylvain Pataille, une future star de la Bourgogne qui va redonner ses lettres de noblesse aux vins de Dijon et de Chenôve dans un quartier où il y a du travail à faire pour la mixité sociale et culturelle. J’ai envie de m’atteler à ce projet et qui sait, si ça marche…qui sait…dans quatre ans…

 

* cf. mes remerciements à la fin du best seller que j’ai écrit en 2004 et qui s’intitulait « Qu’est-ce qu’un grand bourgogne rouge, à votre avis ? Mémoire d’un psych (oeno) logue.

 

 

Martial Jacquey - Passionné de vin - 03.10.2008
Le Nez de Saint Pierre

 
 
 
 
feuilles